Retour sur #Datafin, le premier Hackathon consacré aux données financières publiques à l’Assemblée nationale

Les 15 et 16 juin derniers, l’Assemblée nationale a accueilli dans la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Lassay Datafin, le premier Hackathon consacré aux données financières publiques, organisé avec le concours du Ministère de l’Action et des Comptes publics, de la Cour des Comptes et de la Direction du Numérique et du Système d’Information et de Communication de l’État (DINSIC).

Ce Hackathon part du constat que les données budgétaires et comptables et les grands équilibres des finances publiques souffrent d’un déficit de connaissance de la part du grand public, alors qu’une meilleure appropriation par les citoyens contribue à améliorer la qualité du débat sur les politiques budgétaires et sur leur financement.

Lors de son discours d’introduction, François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale, a affirmé sa volonté de recréer le lien entre les citoyens et les institutions à travers une meilleure compréhension des discussions budgétaires:

Nous avons besoin de toutes les données budgétaires pour impliquer le citoyen dans les décisions de l’Etat, et pour une évaluation citoyenne et parlementaire efficace“.

Les nombreux participants issus de la société civile, aux compétences très variées (développeurs, graphistes, économistes et autres data-scientists), ont planché pendant deux jours en étroite coopération avec les agents des institutions partenaires pour développer des prototypes de solutions à la trentaine de défis d’innovation qui leur était proposés. Ces défis portaient sur des sujets aussi variés que l’utilisation de l’impôt, la simulation de l’impact des amendements aux projets de loi, la mesure de l’efficacité des politiques publiques ou encore sur l’aide à la recherche d’information dans le labyrinthe des données financières publiques.

Ce processus collaboratif et expérimental reposait sur la mise à disposition de jeux de données exclusifs comme les données permettant d’établir le Compte Général de l’État, les données relatives à l’exécution du budget de l’Assemblée nationale ou d’autres données déjà accessible en open data, à l’instar des données budgétaires et de performance de la direction du Budget et la liste des amendements et des rapports de l’Assemblée. Didier Migaud, Premier Président de la Cour des Comptes, a invité tous les participants à exploiter pleinement ces données pour faire vivre l’article 15 de la DDHC qui dispose que “la Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.”

Les équipes constituées ont pu ainsi partager leurs idées, réfléchir et faire preuve d’inventivité et d’originalité pour produire des services permettant à un vaste public d’y voir plus clair dans les comptes de l’État et de participer aux discussions sur la politique budgétaire qui les concernent directement.

Je souhaiterais pour ma part saluer chaleureusement tous les acteurs ayant rendu cet évènement possible. L’implication des participants, des co-organisateurs et des porteurs de projets a été sans faille et a largement contribué au franc succès de ce Hackathon. Nous avons démontré que l’ouverture des données au public, l’effort collaboratif entre participants de tous horizons et l’échange constructif d’idées permet de créer, en moins de 48h, des projets pertinents et au potentiel certain. Ce Hackathon doit marquer la première pierre d’un effort de long terme pour développer ces idées, mieux comprendre les finances publiques et intégrer toujours davantage le citoyen au processus d’élaboration de la loi.

Revivez en photos ces deux journées de travail intense :

 Vous trouverez ci-dessous des projets présentés lors de la restitution, aussi disponibles sur le forum datafin :

  1. Étude des Projets de Loi de Finances dans le temps

L’objectif de ce défi était de suivre les dépenses publiques dans le temps à périmètre constant malgré l’évolution des nomenclatures du Projet de Loi de Finances. Le groupe a procédé à la récolte des données et leur mise en forme homogène pour ensuite procéder à la création d’un modèle de comparaison lexical statistique. Ce travail a produit une interface exploitable permettant la comparaison des nomenclatures dans le temps. Cependant, certains cas clivant existent encore, surtout au niveau des bugs ce qui ouvre de perspectives d’amélioration. La question qui se pose désormais est celle de la réutilisation à l’avenir des données mobilisées et produites par ce projet porteur.

  1. Asfinat

L’idée de ce défi était d’hacker la complexité des données des finances publiques pour les mettre à disposition des citoyens mais également de rendre compte des dépenses et des prévisions de dépenses publiques sur différents axes.

Le travail du groupe a abouti à la création d’un portail qui permet de gérer et de transmettre ces données, en montrant à l’utilisateur des informations comme la dotation de fonctionnement global des communes, des régions, les dépenses totales par type de politiques publiques, le montant alloué aux aides…

Un projet porteur au niveau de la transparence, qui permet de décortiquer les finances publiques et d’en tirer des informations claires et réutilisables par tout citoyen.

  1. Perform Indic

Il s’agissait ici pour ce défi de proposer un outil d’évaluation des politiques publiques et de présentation des résultats à partir des objectifs et des indicateurs de performance existants, des données budgétaires et comptables, des recommandations de la Cour des comptes et de toutes autres bases de données pertinentes.

  1. Finance Extractor

Ce groupe s’est focalisé sur une façon de restituer les données financières à l’administration de l’Assemblée en fonction d’axes d’analyse croisée du Compte Général de l’État, du Projet de Loi de Règlement et du Rapport Annuel de Performance afin de proposer une analyse plus pratique des politiques publiques. Ainsi, avec cet outil, l’utilisateur peut à partir du choix d’une année et d’une mission se plonger dans le PLR pour apprécier de manière simple et efficace sa situation et sa performance.

  1. Analyse des amendements du PLF

Ce défi consistait à simplifier l’analyse des amendements apportés au PLF, en proposant une différenciation par groupe politique de l’Assemblée. En passant par une analyse textuelle puis descriptive des différents amendements portés par les groupes politiques , le projet a réussi à produire un outil qui permet -entre autre- de procéder à une étude du sort des amendements par groupe parlementaire, de visualiser rapidement quels articles sont le plus amendés par chaque groupe ou encore, avec l’aide d’un algorithme de détection des sujets de conversation, d’avoir une vue d’ensemble sur les thèmes les plus débattus au sein de chaque groupe.

  1. DecoFi, le décodeur de la performance financière des communes

Le défi Decofi visait à produire un décodeur de la performance financière des communes. Au bout des 48h de travail, l’équipe a pu proposer une application qui « note » chaque commune grâce à un algorithme basé sur leurs Comptes Administratifs. La note donnée est ainsi fondée sur la qualité de l’information financière, la maîtrise des dépenses de fonctionnement, le niveau d’équipement public, la pression fiscale des ménages ou encore la gestion de la dette. L’application est également enrichie d’une fonctionnalité de comparaison à la note « moyenne ». Ce service simple permet à tout à chacun d’avoir, en quelques clics, une idée de la santé financière de sa commune ou de celle où il souhaite résider.

  1. MetaTabula

Le défi consistait à créer des fichiers de métadonnées relatives à un jeu de données publié qui permette de les exploiter de façon simple et ouverte. Ce fichier ajoute des métadonnées supplémentaires aux données initiales qui indiquent comment elles doivent être interprétées.

L’utilisateur gagne ainsi en capacité d’exploration des données et en clarté lors de la prise en main du document.

  1. Visualisation/aide à la rédaction des recommandations

La Cour des Comptes a deux missions : la bonne gestion de l’argent public et l’information des citoyens sur cette bonne gestion. Le but de ce défi était d’aider au renforcement du suivi et de l’impact des recommandations de la Cour des Comptes pour lui permettre de mieux éclairer le débat public. Le groupe s’est basée sur une analyse sémantique et quantitatives des recommandations de 2015 afin de les classer, les hiérarchiser pour mieux mesurer et prédire leur suivi.

  1. Présentation simplifiée des données financières pour le grand public

En 2017, la Cour des Comptes a publié un rapport sur les données financières locales de cette même année. Le constat est le suivant : il s’agit d’un rapport complexe, long et d’accès difficile étant donné qu’il s’agit d’un travail d’expert. Pendant deux jours, ce groupe a donc travaillé à en fournir une version plus simplifiée et pédagogique. Le rendu final est un site simple et accessible qui présente les données financières à tout citoyen, quel que soit son niveau d’expertise.

  1. Exfiltrer les données ouvertes

Ce groupe s’est donné pour objectif de créer un espace anonyme de dépôt où l’on puisse déposer les données ouvertes. Il a ainsi produit une plateforme sur Thor où quiconque peut déposer et transmettre un document de manière simple et totalement anonyme.

  1. Adopte un territoire

L’idée de ce défi était de permettre à chaque citoyen de trouver le territoire de ses rêves en fonction des données fiscales et socio-économiques. En se basant sur 9 critères (investissement dans la jeunesse, stabilité de la fiscalité, implantation des entreprises, maitrise de l’endettement, maitrise de la masse salariale, gestion dynamique des investissements, gestion raisonnable du maire et d’autres informations sur la collectivité) le groupe a abouti à une ébauche d’application qui permet l’identification du territoire idéal en fonction de l’importance accordée à chacun de ces critères par les utilisateurs, qu’ils soient citoyens ou entrepreneurs.

  1. Simule ton amendement

Ce défi porté par la communauté OpenFisca France part d’un besoin simple pour le Parlement : évaluer l’impact d’une réforme. Les outils existant aujourd’hui ne sont pas toujours efficaces et nécessitent souvent des données auxquelles les parlementaires n’ont souvent pas accès. Pour améliorer le débat autour des réformes lors de leur élaboration, le groupe a donc créé une interface simple et rapide qui permet d’évaluer la conséquence d’une réforme, sur la fiscalité des ménages par exemple, sous forme d’un outil dynamique.

  1. GainLoss Simulator

Dans la lignée du défi précédent, ce groupe s’est donné pour objectif la création d’un simulateur du revenu disponible des ménages. Il a ainsi produit une interface qui permet d’évaluer l’impact des modifications de taxe sur différents ménages de différentes catégories socioprofessionnelles. Le service permet de voir en un coup d’œil quelle seraient les conséquences de divers changements de taxe et d’identifier les gagnants et les perdants du projet étudié.

  1. Atelier Ouvre-Boîte

Ouvre-Boîte est une association qui cherche à améliorer l’accès aux documents administratifs pour le public. Depuis sa création, l’association a déposé 15 demandes pour seulement 5 réponses dont 2 positives… Le groupe a donc recensé durant les deux journées de Hackathon les documents financiers qui n’étaient pas encore publiés et rédigé des demandes en ce sens.

  1. Suivi des crédits budgétaires au moyen d’une Blockchain

Ce groupe s’est formé autour du constat de la difficulté à trouver des données précises comme les crédits alloués à l’enseignement supérieur et à la recherche. Il a donc, au terme de son travail, proposé un système d’information transversal qui permette de suivre et d’accéder à ces données en inscrivant chaque transaction sur une Blockchain. Ce service permet donc de faciliter l’accès et le partage des données en offrant une ouverture alternative des données financières des universités.

  1. PDF Tabula

Ce défi a consisté en un travail de reprise efficace des données issues de fichiers PDFs et à la définition d’une stratégie de reproduction de ces documents qui puisse maximiser la qualité de la reprise de données.

  1. Mes dépenses publiques

Faut-il baisser ou augmenter les dépenses en matière de santé ? En matière de défenses ? Qu’en est-il des dépenses publiques totales ? Ce groupe s’est rendu compte que les réponses des citoyens à ces questions étaient souvent contradictoires. Il a donc créé une interface qui permet d’indiquer l’augmentation ou la baisse d’une dépense publique en fonction de la conséquence d’un tel acte sur le reste des dépenses publiques. Un outil simple et efficace pour comprendre la balance des dépenses de l’État.

  1. DynaRESF

Chaque année, au moment du vote du projet de loi de finances, le ministère de l’économie et des finances fournit un rapport économique social et financier (RESF) décrivant la stratégie de politique économique de la France, les perspectives économiques et les perspectives des finances publiques. Alors que ce document est fourni sous format PDF, DynaRESF vise à rendre interactif son contenu afin d’en faciliter l’étude par les parlementaires et les citoyens. Le groupe a créé une interface facilement appréhendable avec des fonctions de courbes qui permettent de mieux apprécier la matérialisation concrète de ces équations, et d’intervenir sur les scénarios choisis pour étudier différents scénarios de perspectives économiques, concernant la hausse du PIB par exemple.

  1. Dettes et élections

Y a-t-il une corrélation entre le taux de chômage, la couleur politique et le niveau de déficit des communes ? C’est sur cette question qu’a travaillé le défi « Dettes et élections ». En se basant sur les comptes individuels des collectivités, l’APIGEO d’Etalab, les données des élections et celle des taux de chômage, le groupe a abouti à la création d’une carte interactive qui permette de visualiser tous ces indicateurs en quelques clics pour n’importe quel utilisateur. Le groupe de travail a notamment insisté sur la nécessité d’avoir accès aux données électorales en Open Data sur api.gouv.fr

  1. Dans la peau du maire

Ce défi souhaitait permettre aux citoyens de mieux comprendre le fonctionnement des budgets locaux et de développer une nouvelle forme d’échange entre citoyens et élus autour du même budget dans une optique d’efficacité budgétaire. Le groupe de travail a donc élaboré un questionnaire qui permet de consulter les citoyens sur ces questions de budget et –in fine– d’utiliser ces résultats pour informer les décideurs de la volonté de leurs corps électoral quant à la gestion du budget. Ce projet vise à aider les élus et impliquer les citoyens dans lignée du grand chantier de la démocratie participative.

  1. Où va mon argent ?

Ce défi a proposé de faire un zoom sur les comptes de l’État (en particulier les achats non stockés) pour permettre au citoyen de comprendre où et comment son argent est dépensé.

Le groupe a donc créé un outil capable d’éplucher les comptes de l’État pour répondre à des questions comme « Quel ministère achète le plus ? », « Qu’est-ce qu’on achète le plus ? », « Est-ce que l’on dépense moins de papier ? Qui en achète le plus ? »…Ce projet offre à tout citoyen un moyen simple de comprendre comment l’État utilise son argent, sans avoir besoin de se plonger dans la complexité de ses comptes.

  1. ParcoursFin

Le but de ce défi était de créer une application géo-localisée pour la découverte des enjeux des finances publiques à travers l’identification des bâtiments publics. Le fil rouge était la volonté de favoriser l’appropriation par le grand public des enjeux des finances publiques. L’application produite permet ainsi de parcourir une ville et d’interroger chaque bâtiment officiel pour avoir accès à ses données patrimoniales ou budgétaires.

Laisser un commentaire

Fermer le menu