[#DataClimat] ARTICLE SUR LES RELATIONS ENTRE CLIMAT ET INEGALITES SOCIALES

[#DataClimat] ARTICLE SUR LES RELATIONS ENTRE CLIMAT ET INEGALITES SOCIALES

Climat et inégalités sociales

Au mois d’août 2021, le GIEC a présenté la première partie de son dernier rapport au sein duquel il dresse un constat sans appel : les effets du réchauffement climatique vont s’accélérer et ce, quel que soit le rythme de baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES). Cette dernière injonction rappelle l’urgence de la mobilisation nécessaire pour transformer radicalement nos modes de vie mais aussi l’urgence de faire de l’écologie la priorité et le cœur des prises de décisions.

J’ai ainsi lancé, au début du mois de septembre 2021, l’initiative #DataClimat. Face à l’urgence écologique, elle vise à permettre au plus grand nombre de s’emparer des données climatiques. Une première étape a été lancée au travers d’un site dédié, dataclimat.fr, qui permet de visualiser de manière interactive des simulations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et de Drias, les futurs du climat, à l’échelle du territoire français. 

Après un premier volet concernant les surfaces forestières en collaboration avec l’IGN,  puis un deuxième consacré aux déchets en collaboration avec l’ADEME, nous nous intéressons aujourd’hui aux relations entre climat et inégalités.  Nous remercions chaleureusement Christophe Clouzeau et Jennifer Elbaz, pour leur aide et leurs précieux conseils !

Une baisse générale des émissions de CO2

La France émet moins de CO2 aujourd’hui qu’il y a 30 ans. C’est le résultat d’un grand nombre de mesures dans plusieurs secteurs dont certains que nous avons déjà traité au travers de #DataClimat. De part une meilleure gestion de ses forêts et de ses déchets, mais aussi et surtout de l’utilisation de plus en plus importante d’énergie décarbonée pour sa production, la France a réduit de plus d’un quart son empreinte carbone par habitant. 

Cependant, depuis les années 90 et jusqu’à aujourd’hui, une grande inégalité existe dans la répartition de ses émissions de gaz à effet de serre. En effet, les 10 % les plus riches représentent plus d’un quart des émissions totales en France. En France, ce seuil se situe aux alentours des 4 000 € brut par mois et par ménage.

Un écart qui s’aggrave

En 1990 les 10% les plus riches représentaient déjà plus de 28 % des émissions de CO2 et les 50 % les plus pauvres n’en représentaient que 25%. Cet écart s’est creusé en 30 ans pour atteindre  32% et 22% des émissions en 2019. De la même manière que ce rapport pointe une augmentation des inégalités salariales et de revenus entre 2008 et 2018, on observe une corrélation entre augmentation des inégalités sociales et d’émissions de CO2.

Le fait que la baisse des émissions dues à la production d’énergie soit peu ou prou similaires pour chaque classe sociale implique que proportionnellement, ceux qui émettait déjà le plus en 1990 représentent une part encore plus importante des émissions 30 ans après.

Un rapport qui se creuse en Europe

Cette visualisation se propose d’analyser les disparités entre les déciles les plus riches et les plus pauvres en France, c’est à dire les 10 % les plus riches et les 10% les pauvres..Sur celle-ci, un rapport de 6 signifie que les 10 % les plus riches de la population émettent 6 fois plus que les 10 % les plus pauvres. Autrement dit, une personne dans le dernier décile émet autant que 6 personnes du premier décile. Comme pour la visualisation précédente, on observe que ce rapport s’aggrave avec le temps, puisqu’en France, là où les 10% les plus riches polluaient 7 fois plus que les plus pauvres il y a 30 ans, nous avons atteint aujourd’hui un rapport d’1 pour 9. 

Cependant, il est important de noter que la France n’est pas un cas isolé puisque cette tendance s’observe dans plusieurs pays européens, comme l’Allemagne ou la Suède. Ce rapport est à comparer avec le même rapport concernant les inégalités de revenus. Selon l’Insee, en 2018, une personne dans le dernier décile gagne autant que 7 personne dans le premier décile en moyenne. De ceci on peut déduire que les inégalités d’émissions carbone sont encore plus exacerbées que les inégalités de revenus.

Une réduction des émissions inégale

Cette dernière visualisation s’intéresse à la diminution des émissions de CO2 depuis 30 ans , et par tranches de revenu. De celle-ci on observe qu’en plus d’avoir un train de vie nettement plus polluant, les 10 % les plus riches ont considérablement moins réduit leur impact environnemental que les autres tranches de la population. Entre 1990 et 2019, les plus riches ont proportionnellement réduit leurs émissions de CO2 de 18%, contre 36% pour les plus pauvres. Autrement dit, les plus riches ont deux fois moins réduit leurs émissions, en proportion, que les plus pauvres. 

Une partie de cette différence de baisse des émissions peut s’expliquer par la décarbonisation de la production d’énergie française au cours de ces dernières années. Toutefois, l’ampleur du phénomène dévoilé par cette visualisation ne peut être expliquée par cette seule raison. Il y a donc nécessité d’agir pour une meilleure répartition des émissions au sein de la population française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2019 Paula Forteza - Députée des Français d'Amérique latine et des Caraïbes