Novembre Numérique en Colombie

Tous les ans, désormais, au mois de novembre, la culture numérique est à l’honneur pour des programmations d’un jour à un mois, partout dans le monde. Au sein des établissements du réseau culturel français à l’étranger, et tout particulièrement de leurs médiathèques, mais aussi dans les salles de cinéma numérisées et les espaces d’exposition. Novembre Numérique est aussi accueilli dans les structures des partenaires du réseau culturel français, et s’ancre dans les festivals locaux.

Lors de mon dernier déplacement en Colombie (novembre 2017), j’ai participé au lancement du Novembre Numérique à l’Alliance Française de Bogotá. J’ai conversé avec Marie Grangeon-Mazat, Directrice Générale de l’Alliance de Bogotá et Déléguée de la Fondation des Alliances Françaises en Colombie sur cet événement et sur le rôle des Alliances Françaises à l’étranger.

·    Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est Novembre Numérique, les activités que l’événement comprend et dans quels pays cela a été organisé ?

Avec Novembre Numérique, l’Institut français et le réseau culturel français à l’étranger proposent de mettre en avant les cultures numériques dans leurs formes les plus diverses en proposant des programmes transdisciplinaires : productions digitales, spectacle vivant, musique, arts visuels, débats d’idées, secteur éducatif et linguistique, cinéma, livre, etc.

Novembre Numérique, c’est une invitation à découvrir les technologies, les usages, les contenus et les nouveaux acteurs du numérique, tout en favorisant le dialogue entre talents français et étrangers au service des publics et de l’innovation.​ ​Près de 30 pays ont répondu à l’appel pour cette première édition 2017, parmi lesquels 5 du continent sud américain, l’Argentine​, le Brésil, et 3 pays andins, l’Équateur, le Pérou et la Colombie, qui ont proposé un projet régional. L’Alliance française de Bogotá a porté le projet colombien, qui s’est décliné en de nombreux événements, mettant à l’honneur le débat d’idées et les regards croisés franco-colombiens dans les domaines des données publiques, du jeu vidéo, d’expositions new et transmedia, d’une soirée VJ, de conférences, de rencontres de start-ups… :

Consultez le programme du Novembre Numérique en Colombie. 

Consultez le programme du Novembre Numérique dans le monde.

 

·      Vous menez nombreux projets en lien avec la culture numérique et « maker » dans le réseau des Alliances Françaises de Colombie, pouvez-vous nous les présenter ?

​Notre plan de développement stratégique à l’Alliance française de Bogota est résolument orienté vers le numérique, tant au niveau pédagogique (avec l’adoption d’une plateforme d’enseignement numérique), culturel (création de ludothèques dans nos sièges, politique éditoriale 2018 recentrée sur les écritures numériques, équipement de notre salle de cinéma d’un projecteur DCP et bientôt d’un dispositif de visio conférence multi utilisateurs) que de la refonte de notre politique de communication (nouvelle utilisation des réseaux sociaux, création d’une application web L’Agenda pour présenter notre programmation culturelle)​. Nous avons lancé en 2017 un cours d’alphabétisation numérique à destination de notre jeune public et créé avec eux la première Communauté des Voyageurs du Code en Amérique latine, l’étape suivante en 2018 est de créer un FAB LAB au sein de notre Alliance, idéalement selon une politique d’inclusion sociale inversée où les mutilés de la guerre (qui ont eux-même fabriqué leurs prothèses au moyen d’imprimantes 3D) enseigneraient aux valides comment fabriquer une imprimante 3D à partir de matériaux recyclés. Notre ambition est d’étendre cette politique au réseau des 12 Alliances présentes en Colombie, bien sûr.

·      Quelle est votre vision du futur des Alliances Françaises dans le monde ? Faut-il les reformer ? Comment en faire un véhicule d’une image renouvelée et moderne de la France ?

​La résilience de ce magnifique réseau qui compte aujourd’hui avec plus de 800 associations indépendantes de droit local dans plus de 130 pays n’est plus à démontrer : à l’approche de ses 135 ans, voilà une idée et son incarnation, qui ont connu, quand on y pense, l’écroulement des empires chinois, russe, ottoman et austro-hongrois, deux guerres mondiales, la décolonisation, la chute du mur de Berlin et la fin de l’apartheid. C’est que sa formule est à la fois simple et originale : elle repose sur l’initiative privée de partenaires étrangers, bénévoles et passionnés par la France. C’est une institution habitée par un esprit d’aventure portée vers l’avenir car elle se fonde sur la société civile, une gestion décentralisée, un partenariat systématique et la passion de la diversité. Sa double mission originelle de diffusion de la langue et de la culture françaises (ainsi que des cultures francophones et des cultures des pays d’accueil) n’a rien perdu de sa modernité, elle entend dans sa définition même les cultures, dont la culture numérique aujourd’hui, pour répondre aux attentes de son public très majoritairement âgé de moins de 35 ans, un public technophile et exigeant. Le défi qu’il nous appartient de relever aujourd’hui, sous l’impulsion de la Fondation Alliance française à Paris, en lien étroit avec l’Institut français Paris à l’origine d’initiatives telles que Novembre numérique, avec l’appui constant du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est de poursuivre cette mue sans fin pour précisément véhiculer une image renouvelée et moderne de la France. Il nous faut pour cela nous imprégner de cette culture/révolution numérique et nous l’approprier au service de notre mission.

 

 Marie Grangeon-Mazat est Directrice de l’Alliance française de Bogota et Déléguée générale de la Fondation Alliance française en Colombie depuis septembre 2016, elle est entrée au service du réseau culturel extérieur en 2005, après une expérience de 10 ans en tant que PRAG d’Anglais dans l’Enseignement supérieur en France. Elle a successivement dirigé les Alliances françaises de Sainte-Lucie et de La Paz, en Bolivie, avant d’intégrer l’équipe de la Fondation Alliance française en 2011, où elle a exercé les fonctions de Déléguée géographique AMLA-CAR-AFR et de Chargée des Relations Institutionnelles.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu