Premier atelier sur la boite à outils du député numérique

Qu’est ce qu’un nom de domaine ?

Qu’est ce qu’un serveur virtuel ?

Comment choisir son hébergeur ?

Quels sont les différents types de fournisseurs Internet ?

Qu’est ce que le cloud souverain à la française et pourquoi a-t-il échoué ?

Voici quelques une des questions abordées lors de l’atelier choisir et installer un site web, que j’ai animé à l’Assemblée nationale, le 17 octobre 2017.

Cet atelier est le premier d’une série, qui cherche à outiller les députés et leurs collaborateurs parlementaires pour qu’ils soient plus indépendants et plus autonomes en matière de numérique.

L’objectif est de donner aux participants les connaissances de la technique et de ses enjeux afin de les aider à renouveler les pratiques des parlementaires, les rendre plus transparentes, plus ouvertes, plus participatives.

Dans ces ateliers, nous cherchons à résoudre des problèmes très concrets en leur apportant des solutions pratiques, par exemple :

  • comment installer son propre site web,
  • comment lancer des consultations,
  • comment mettre en place une permanence virtuelle,
  • comment mettre son agenda en ligne,
  • comment mettre ses indemnités de député.e en open data.

En mêlant pratique et théorie, nous cherchons à ce que les participants repartent en ayant d’une part installé eux-mêmes leurs propres logiciels et d’autre part en ayant été initiés, sur des cas concrets, aux grands enjeux du numérique comme la neutralité du net, la protection des données personnelles, les implications politiques des choix techniques, etc.

La maîtrise des données, des logiciels et des matériels, toujours plus sophistiqués, toujours plus intriqués, est une condition nécessaire pour un avenir porteur d’espoir et de progrès, pour une société plus efficace et plus juste.

Ces ateliers, que j’ai voulus et que je porte sont réalisés dans le cadre du laboratoire d’innovation politique du groupe parlementaire La République en Marche. Ils s’inscrivent dans une feuille de route plus large : utiliser le numérique pour rapprocher les députés des citoyens, en favorisant la transparence (cf mon agenda ouvert et mes comptes en ligne), en développant de nouveaux outils, en formant les élus et en ouvrant mon bureau à tous les projets mêlant civique et numérique.

Ensemble, nous devons comprendre le numérique, le pratiquer, l’améliorer, l’expliquer, pour pouvoir légiférer et le maîtriser. Il en va de nos libertés individuelles et collectives, de notre indépendance, de notre capacité à agir. Il en va même peut-être de l’avenir d’une humanité toujours plus augmentée, toujours plus intelligente certes mais aussi toujours plus « artificielle ».

Paula Forteza et Emmanuel Raviart


Le support de cours de cet atelier est disponible en ligne, sous une licence libre permettant sa réutilisation, son amélioration et son repartage.

Laisser un commentaire

Fermer le menu