Déplacement au Guatemala du 14 au 18 septembre 2017

 

La situation économique du Guatemala (en bref)

Pays le plus peuplé d’Amérique centrale, avec plus de 16 millions d’habitants, soit un tiers de la population de la région, le Guatemala en est aussi la première économie, avec 68,2 milliards de dollars en 2016. Il bénéficie d’une croissance régulière depuis 2011, avec +3,8% attendus en 2017.

Le produit intérieur brut atteint cependant à peine 4.000 dollars par habitant et plus de la moitié de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté (moins de 3 dollars par jour). Les contrastes sont économiques, sociaux, mais également ethniques et territoriaux. A noter que 70% de la population guatémaltèque ont moins de 30 ans.

Les Etats-Unis sont le partenaire incontournable du Guatemala. Premier client et premier fournisseur (36% des exportations et 42% des importations du Guatemala, ils sont aussi le deuxième pourvoyeur d’aide au développement, derrière l’Espagne, et accueillent près d’1,5 million d’émigrés guatémaltèques dont les transferts d’argents vers leurs familles représentent 10% du PIB du Guatemala. (Source Ministère de l’Europe et des affaires étrangères – France)

Les relations France/Guatemala

Le Guatemala est le troisième partenaire de la France en Amérique centrale, après le Panama et le Costa Rica. Nos échanges se sont élevés à près de 100 millions d’euros en 2016, dégageant un solde bénéficiaire de 12 millions d’euros (56 millions d’euros d’exportations et 44 millions d’euros d’importations).

Une vingtaine d’entreprises françaises sont implantées sous formes de filiales commerciales, notamment dans les secteurs des biens de consommation, des télécommunications, du matériel électrique, de la pharmacie et des services. La compagnie franco-britannique Perenco est le premier investisseur français au Guatemala et le premier opérateur pétrolier du pays.

La communauté française

852 Français sont inscrits auprès de l’Ambassade, dont 60% ont la double-nationalité. Plus de 3 sur 4 d’entre eux résident dans la capitale. En province, la communauté française se concentre principalement dans trois zones : Antigua, à 45 km de Guatemala Ciudad, la région du lac Atitlan et Quetzaltenago, seconde ville du pays.

Les expatriés et les détachés sont des enseignants et personnels de direction du lycée français, des agents d’organismes internationaux, des cadres de la société franco-britannique Perneco, ainsi que des chefs d’entreprises petites ou moyennes dans les secteurs du commerce, de l’hôtellerie, de la restauration et de la confection.

On évalue à environ 200 les Français non-inscrits. Ce sont souvent de très anciens expatriés, bien intégrés dans la société guatémaltèque, et aussi de jeunes Français, très mobiles. La communauté française arrive loin derrière les communautés espagnole (10.300 personnes), allemande (9.000 personnes) et italienne (7.000 personnes). Environ 30.000 touristes français visitent le Guatemala chaque année. (Source Ambassade de France au Guatemala)
Mes rencontres au Guatemala

L’Ambassadeur de France, Jean-Hugues Simon-Michel, et le Premier conseiller, Eric Sanson, m’ont accueillie et accompagnée tout au long de ce déplacement au Guatemala. Je les en remercie très chaleureusement.

Nous avons eu plusieurs réunions avec les équipes de l’Ambassade, avec des chefs d’entreprise, des représentants des enseignants et des parents d’élèves. J’ai également pu échanger avec divers membres de la communauté française au Guatemala.

Affaires consulaires

La Consule adjointe, Marie-José Chaduteau-Haro, et le responsable des affaires consulaires, Bruno Chaduteau, m’ont présenté un panorama de l’activité consulaire. Nous avons échangé sur les dossiers des bourses scolaires, et avons plus généralement envisagé des pistes d’amélioration pour la vie des Français établis hors de France, par exemple pour la transmission des actes d’état-civil. Alain Kahn, conseiller consulaire élu pour le Guatemala et le Salvador, m’a également fait part de ses préoccupations concernant la sécurité de nos compatriotes.

Lycée Jules Verne

Lors d’une matinée au lycée français Jules Verne, qui compte 960 élèves, de la petite section à la terminale, j’ai été reçue par le Proviseur, Ali Hosni, la Proviseure adjointe, Sylvie Terroire, la Directrice guatémaltèque, Eugenia Reiche de Muñoz, le Directeur du primaire, Michel Dalmier, et le Directeur des affaires financières, Thierry Broudin.

Durant un échange avec les représentants des personnels, j’ai entre autres pris bonne note de leurs interrogations concernant le maintien du budget de l’Agence de l’enseignement du français à l’étranger (AEFE).

J’ai également pu dialoguer avec la Présidente du Comité de gestion, Macarena Corlazzoli à propos des attentes des parents d’élèves.

Affaires économiques

Lors de réunions de travail, j’ai rencontré Jacques Seidner, Président de la Chambre de commerce franco-guatémaltèque créée en 2015, Emmanuel Seidner, Directeur de la Chambre de commerce franco-guatémaltèque, Diego Herrera, Conseiller du commerce extérieur français, Directeur général du groupe guatémaltèque Pantaleon, Jean-Marie Maizener, Conseiller du commerce extérieur français, Directeur de la société française Nelixia, productrice d’huiles essentielles naturelles, et Antonio Avila, Conseiller économique et commercial de l’Ambassade. Ils m’ont éclairée sur la situation économique du pays et sur les nombreuses opportunités d’affaires pour nos entreprises.

Enfin, lors de la permanence que j’ai tenue à l’Ambassade de France, des concitoyens m’ont fait part de certaines situations délicates au regard de leurs relations avec les administrations françaises et locales.

Paula Forteza et Lorys Lechevallier

Laisser un commentaire

Fermer le menu