Pourquoi je quitte La République En Marche

Pourquoi je quitte La République En Marche

Depuis la rentrée 2019, nous sommes nombreux, au sein de la majorité, à attendre l’Acte II. Je suis de celles et de ceux qui espéraient un tournant social et écologique. Malheureusement, nous assistons à la politisation de sujets qui attisent les divisions — je pense notamment aux débats sur l’immigration –, alors que les priorités des français sont toutes autres, en ce qui concerne l’environnement, la démocratie, et la lutte contre les inégalités.

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » : cette phrase qui nous a été tristement rappelée l’année dernière est criante d’actualité. De nombreux départs ont déjà exprimé à quel point notre action n’est pas à la hauteur. L’éco-progressisme, que nous sommes plusieurs collègues à défendre, est une voie crédible et prometteuse. Il y a urgence à écouter davantage les chercheurs, les citoyens, la jeunesse et à les associer à la définition de nos politiques publiques et, plus largement, de notre modèle de société. Ce sont bien les fondements de nos économies, de nos systèmes politiques que nous devrons faire évoluer pour permettre un véritable « Green New Deal » : financement massif de la transition, limitation de l’impact des lobbies, et encouragement des comportements vertueux.

En 2017, nous étions censés faire la “révolution”, du titre du livre programmatique qui nous a tous tant inspiré. Nous en sommes aujourd’hui si loin. Nous voulions combattre les appareils : nous en avons recréé un de toutes pièces. Nous prônions le renouvellement : trois ans plus tard, nous n’investissons que des maires sortants. Nous promettions de changer les pratiques : nous reproduisons intégralement le fonctionnement des majorités qui nous ont précédés. Si nous avons contribué à la féminisation de la politique : un nouveau plafond de verre s’est installé et le sommet de l’État reste cruellement réservé aux hommes. Nous voulions faire du numérique et des nouvelles technologies un vecteur de progrès : l’ordre du jour n’est plus aux ressources partagées, ni à la défense des libertés.

Nous avons été élus sur une promesse, celle de construire une société ouverte, à la diversité, à celui qui pense différemment. Aujourd’hui j’ai le sentiment que nous nous replions sur nous-mêmes et que nos politiques sont perçues par nos concitoyens comme brutales. Nous avons plus que jamais besoin d’apaisement. La réforme des retraites en est le dernier exemple. Telle que nous l ‘avons porté pendant la campagne, elle me semble juste et nécessaire. Seulement, des citoyens, aux partenaires sociaux en passant par les conseillers d’Etat, tous auraient préféré un dialogue plus approfondi. Nous sommes, au contraire, tombés dans le piège de la démonstration des rapports de force.

Nous devons impérativement être plus attentifs à l’évolution de nos sociétés. Aujourd’hui un mouvement muni d’un hashtag a plus d’impact que des décennies de politiques publiques sur les droits des femmes. Une jeune avec des convictions arrive à générer plus de prise de conscience globale sur les enjeux environnementaux que toutes les autorités des grandes puissances réunies en “conférence”. Les mécontentements, de la France au Chili, en passant par le Liban et Hong-Kong, s’organisent sur les réseaux sociaux, de façon spontanée, organique, féroce. Les dirigeants des syndicats négocient, la base ne suit plus.

La verticalité du pouvoir n’est non seulement pas souhaitable, mais désormais inopérante. Ne pas se rendre à l’évidence, c’est laisser place à l’escalade de la violence, à la banalisation de la colère, au recours à des lois dangereuses pour l’équilibre de nos institutions. Nous devons inventer de nouvelles formes de gouvernance : ouvertes, transparentes, décentralisées. Organiser la porosité entre les pouvoirs publics et la société civile. Être plus agiles, plus à l’écoute, plus disponibles. C’est dans les territoires, au niveau local, que nous pourrons apporter des réponses aux défis de notre temps, j’en suis convaincue : l’échelon de la proximité, de l’humanisme, de la fabrique des solutions du quotidien.

En quittant La République en Marche, je ne renonce pas à maintenir les ponts avec celles et ceux avec qui j’ai pris plaisir à travailler pendant ces dernières années. Je reste fidèle à mes convictions d’écoute, et de dialogue, sans dogmatisme. En me mettant en retrait, je ne rejoins pas pour autant une opposition stérile et caricaturale. Je souhaite renouer, différemment, avec les valeurs qui m’ont portées sur les bancs de l’Assemblée Nationale en juin 2017.

3 Replies to “Pourquoi je quitte La République En Marche”

  1. J’ai lu votre “Pourquoi” et je saisis votre enthousiasme et vos impatiences mais s’il est déjà difficile de réformer des pays jeunes, c’est encore plus difficile avec des pays comme la France…
    Vous ne pouvez ignorer le retard pris par notre pays depuis des décades et la difficulté de changer les choses. Essayez seulement, avec vos soucis écologiques justifiés, de convaincre les argentins de réduire leur bétail et de ne plus utiliser de pesticides! En attendant, magré nos blocages les choses changent plus vite dans le bon sens ici que “alla”.

    Le gouvernement a eu la malchance que le phénomène des gilets jaunes se soit déclanché sans que personne n’ait pu le prévoir. La reforme de la retraite a été un autre volet. Si les mesures portant sur l’économie ont permis de faire avancer le pays, l’évolution de la société est plus difficile! Le Président, le gouvernement et leur Parti ont sans doute commis de fautes de jeunesse mais c’était presque inévitable, tant la tentative de créer un mouvement rassemblant le meilleur de la gauche et de la droite et des personnes nouvelles était la concrétisation d’une utopie!
    Dans une telle situation il faut tenir le coup et s’accrocher au réforme. Vous avez fait de bonnes propositions et avez des qualités éminentes mais avec l’élection de Paris, vous vous dispersez et ne répondez pas à l’attente de vos électeurs. Cuidado!

    Pour le reste, à vous de savoir ce que vous faites! L’époque où Evita est venue à Paris (ma mère l’a rencontrée), ou la station de métro Argentine a été inaugurée et que l’Argentine était la 4ème. puissance économique est bien lointaine. Même le célèbre “En el cieolo las estrellas” n’est plus respecté et même brocardé! Si je puis me permettre: concentrez-vous sur votre mandat actuel, qui vous permet de servir ave talent notre pays y todo l’America Latina!
    Le deeo lo mejor y quedo muy atentamente

    Franklin Reisner

  2. Je suis franco brésilienne et j’ai voté pour vous en 2017. Je souscris à tout ce que vous avez écrit. Ceci dit, quelle est votre prochaine démarche? Allez vous fonder un nouveau parti?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Paula Forteza - Députée des Français d'Amérique latine et des Caraïbes