Proposition de loi pour une meilleure prise en charge de la grossesse

Proposition de loi pour une meilleure prise en charge de la grossesse

Après plusieurs mois de consultations et d’échanges avec les acteurs de la société civile et dans la suite des travaux menés sur les trois premiers mois de grossesse, je propose ce jour 8 mesures pour une meilleure prise en charge de la fausse couche et ainsi revoir la prise en charge médicale et psychologique ainsi que la connaissance de celle-ci et des risques qui l’entourent. 

Tout ce qui est « naturel » n’est pas sans effet ou sans conséquence. Pourtant aujourd’hui, seule la grossesse arrivée à son terme est réellement considérée par la société. En effet, de la grossesse est omis un des risques majeurs bien que courants : c’est celui de la fausse-couche. Toutefois, il concerne 15 % à 20 % des grossesses débutantes et ce sont près de 200 000 femmes par an en France qui font une fausse couche spontanée.

Bien que courant donc, cet événement n’est pas pris en charge à la hauteur du traumatisme qu’il engendre. Ainsi nombreuses ont été les femmes à témoigner lors d’un appel lancé en septembre dernier d’un grand manque d’information sur le sujet, d’un grand manque d’empathie du corps médical ou encore d’expériences physiques extrêmement douloureuses et violentes, qui renforcent souvent leur sentiment de honte et de culpabilité. 

Ce phénomène méconnu par la majorité des femmes qui sont confrontées à une fausse couche entraine souvent un sentiment de désarroi et d’anxiété dans l’éventualité d’une prochaine grossesse. C’est pourquoi, afin d’entretenir le débat public, continuer à lever le tabou qui l’entoure et permettre à chacun de se saisir de mesures concrètes, Paula Forteza dépose une proposition de loi visant à lever plusieurs verrous autour de trois grands axes : 

  • La révision globale du parcours de soin : par une prise en charge psychologique ainsi qu’un accompagnement personnalisé pour les femmes désirant avoir un enfant avec une prévention accrue des violences gynécologiques et obstétricales. Face au poids du deuil, il est également proposé, à l’image de la Nouvelle-Zélande, de mettre en place un congé spécial pour les femmes et leur partenaire. 

  • Une meilleure information et connaissance de la fausse couche : par la création d’une plateforme d’écoute, d’orientation et d’information sur les questions gynécologiques et obstétricales ainsi que par la mise en place de campagne d’information destinée à un large public et d’une éducation sur ces sujets dès le plus jeune âge. 

  • La mise en place d’une politique de prévention : en instaurant notamment un dépistage préventif et gratuit de l’endométriose mais aussi en réduisant l’exposition au stress de femmes enceintes par la mise en place d’un droit au télétravail pour les femmes enceintes.

Merci à Mathilde Lemiesle pour ses illustrations ! Lien vers son instagram : https://instagram.com/mespresquesriens?utm_medium=copy_link 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2019 Paula Forteza - Députée des Français d'Amérique latine et des Caraïbes