Enseignement français à l’étranger : une réforme attendue pour donner un nouvel élan

Enseignement français à l’étranger : une réforme attendue pour donner un nouvel élan

522 établissements dans 139 pays scolarisant plus de 370 000 élèves. Des chiffres qui montrent l’importance de l’enseignement français à l’étranger pour rayonner la France à l’international. Au printemps 2018, le Président de la République avait fixé des objectifs pour l’enseignement français à l’étranger : doublement du nombre d’élèves d’ici 2030 et doublement du nombre de filières bilingues francophones Label France Éducation. Les mesures pour atteindre ces objectifs ont été annoncées, jeudi 3 octobre 2019, lors d’une conférence de presse réunissant Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, et Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Ces annonces sont le résultat d’un travail coordonné entre les députés de la majorité, le Gouvernement et le réseau AEFE. Ma collègue Samantha Cazebonne a porté une mission confié par le Premier Ministre pendant laquelle elle a réalisé une consultation avec plus de 20 000 réponses, 400 auditions et 27 visites d’établissements. Cette réforme répond aux attentes du terrain et aux ambitions que nus voulons donner à notre écosytème d’éducation française à l’étranger.

 

Accueillir plus d’élèves avec un réseau plus attractif

La demande d’éducation internationale est de plus en plus importante et fait face à une concurrence de plus en plus importante. Le réseau d’enseignement français à l’étranger dispose d’atouts qui aujourd’hui lui permette de tirer son épingle du jeu, mais qui doit néanmoins se renforcer avec notamment :

  • Un nouveau baccalauréat, passeport pour l’excellence universitaire internationale
  • Une éducation plurilingue renforcée avec une généralisation des sections internationales, européennes et orientales à tous les établissements d’ici 2030
  • Des établissements qui se transforment en laboratoire d’innovation numérique avec une collaboration plus étroite avec les startups EdTech et le déploiement de la plateforme France Éducation (FRED).

Accompagner la croissance des établissements existants et la création de nouvelles écoles

Cette année, le réseau d’enseignement français à l’étranger a enregistré une hausse d’élèves, 8 000 en plus, ainsi que 30 établissements en plus.

Il est donc important de permettre cette croissance toute en gardant l’exigence quant à la qualité proposée. Pour cela, plusieurs mesures vont être mises en place :

  • La simplification de l’homologation des établissements mais toujours aussi exigeante
  • Des personnels plus nombreux : 1 000 détachements supplémentaires d’ici à 2030
  • Des personnels mieux formés avec la création de 16 pôles régionaux de formation dès le 1er janvier 2020 et la création d’une certification spécifique pour former et identifier un nouveau vivier de personnels. Cette mesure me tient à coeur puisqu’elle s’inspire du modèle mis en place par le Lycée Franco Mexicain, lequel j’ai mis en avant lors de la mission de Samatha Cazebonne et auprès du Ministre Jean Michel Blanquer.

Mieux associer les familles à la vie des établissements et du réseau

Dans les établissements à l’étranger, les parents sont représentés au sein du “Conseil d’établissement”. Désormais, ils seront associés à la préparation du budget.

A Paris, la représentation des parents au conseil d’administration de l’AEFE sera augmentée.

Mieux accompagner le réseau grâce à une mobilisation accrue des ministères, de l’AEFE et des ambassades

Le réseau d’enseignement français à l’étranger scolarise 65% d’élèves étrangers. Pour le développer, il est nécessaire de mobiliser et de concerter l’ensemble des acteurs concernés en :

  • renforçant le rôle l’AEFE l’accompagnement du développement du réseau à travers la création d’un nouveau service qui pourra apporter des prestations d’expertise à des investisseurs publics ou privés qui veulent développer une offre d’enseignement conforme aux programmes scolaires français ;
  • en renforçant les moyens de l’AEFE à hauteur de 25 millions d’euros en 2020 ;
  • en rendant les ambassades, pilotes de plan locaux de développement ;
  • en créant un conseil d’orientation de l’enseignement français à l’étranger qui réunira annuellement le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, ainsi que les acteurs concernés.

Voir la conférence de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Paula Forteza - Députée des Français d'Amérique latine et des Caraïbes